Français
 
 
Dimanche, 21.12.2014 · 16:44
 
     
 
 
  Vous êtes ici:   Actualités   /   2009   /   Mythes et vérité  
 
19. Novembre 2009

Mythes et vérité

Bild2_445x187 (JPG)
De nombreux mythes et vérités entourent l‘enfance. En dépit de toute la modernité et des découvertes scientifiques, les règles et les conseils de nos grands-mères se maintiennent avec persistance ou sont continuellement ressuscités. Quel est leur part de vérité ? Quelques exemples.

TOUTES LES PETITES FILLES ADORENT LE ROSE. Un bébé n‘a aucune possibilité de décider de la couleur de ses vêtements ou de son environnement. Les parents choisissent inconsciemment le rose, car cette couleur souligne la carnation tendre et est aussi synonyme de pureté et d‘innocence. Cette préférence est ancrée dans les traditions de la culture européenne. Et bien sûr afin que l‘environnement reconnaisse immédiatement qu‘il s‘agit d‘un bébé de sexe féminin. De nombreux jouets pour petites filles sont eux aussi de couleur rose, car les adultes trouvent cette couleur mignonne. Cette préférence est ainsi inculquée aux petites filles qui la choisiront ensuite elles-mêmes.

LES PETITS GARCONS AIMENT LE BLEU. Voilà de nouveau un point de vue adulte. Les petits garçons aiment tout autant le vert ou le brun. La recherche sur les comportements de consommation a montré que le bleu est la couleur préférée des Allemands des deux sexes. Aux siècles précédents, on habillait les bébés de sexe masculin de bleu ciel pour les protéger des mauvais esprits.

LES YEUX PEUVENT S´IMMOBILISER. Si les enfants louchent ou qu‘ils roulent les yeux, il y a toujours un adulte pour les avertir: si maintenant quelqu‘un te fait peur ou te donne une gifle, tes yeux vont rester comme ça. Taratata. Jusque-là, aucun cas de paralysie subite des muscles oculaires n‘a encore été observé.

FAIRE CRAQUER SES DOIGTS EST MALSAIN. C‘est en effet néfaste. Tirer sur ses articulations jusqu‘à ce qu‘elles craquent bruyamment, étire excessivement les tendons et peut user et détendre prématurément les articulations.

LES PETITES FILLES APPRENNENT PLUS VITE Á PARLER. C‘est exact. D‘après l‘état actuel des connaissances scientifiques, l‘hémisphère cérébral gauche, celui où le centre du langage est situé, se développe plus rapidement chez les petites filles que chez les petits garçons. Les filles utilisent de plus les deux hémisphères cérébraux lors de leur acquisition langagière. C‘est pourquoi les petites filles apprennent plus vite à parler et à lire. Il est en outre prouvé que les pères et les mères parlent plus souvent avec des bébés de sexe féminin. Chez les petits garçons, l‘hémisphère cérébral droit se développe au contraire plus rapidement, ce qui peut permettre à la perception visuelle et logique de s‘exprimer plus fortement.

LES ÉPINARDS RENDENT FORTS. Ce serait la faute de Popeye, le marin aux épinards. Depuis 75 ans, il avale une boîte d‘épinards après l‘autre pour developer immédiatement une force exceptionnelle. Depuis, des générations d‘enfants écœurés ont dû manger cette verdure insipide don’t la teneur en fer particulièrement élevée favoriserait la formation des globules rouges. Cette légende est purement et simplement fausse. Elle remonte à diverses erreurs, entre autres, à celle d’un chercheur suisse, Gustav von Bunge, qui en 1890, attribua le taux de fer des épinards séchés à des épinards frais. Les épinards ne fournissent que la moitié du fer fourni par la même quantité de chocolat, de millet ou de pistaches.

LES SALETÉS NETTOIENT L´ESTOMAC. Là, nos grands-parents avaient raison. Cela ne veut toutefois pas dire que nos enfants devraient commencer à manger du sable. Mais le système immunitaire enfantin peut vraiment supporter un peu de saleté et en est renforcé. Des études ont prouvé que des enfants vivant dans un environnement super-propre et désinfecté souffrent bien plus souvent d‘infections et d‘allergies que ceux vivant dans un univers moins protégé.

LES PETITS GARCONS SONT DES BÉBÉS PLUS SAUVAGES. À leur naissance, les petits garçons sont souvent plus lourds et plus grands que les petites filles. En raison de la masse musculaire plus développée des bébés de sexe masculin, leur besoin de mouvement est là aussi souvent plus grand. Pour leur formation, il est indispensable de faire fonctionner les muscles. Avec la première grosse poussée de testostérone, environ à l‘âge de trios ans, ce besoin de mouvement augmente encore une fois. Les petits garçons jouent alors en engageant tout leur corps ; au contraire des petites filles qui se déchaînent moins et qui mesurent leurs forces.

DE NOUVELLES CHAUSSURES FONT TOUJOURS MAL. Quelle bêtise! Particulièrement pour les pieds d‘enfants, il est d‘une extrême importance que les chaussures aient la bonne taille et soient confortables. Si ce n‘est pas le cas, la musculature du pied et les petits os dont la croissance n‘est pas encore terminée pourraient en souffrir sérieusement.

LES PETITES FILLES DÉVELOPPENT DAVANTAGE DE CRÉATIVITÉ. Cela n‘a rien d‘étonnant si les adultes les y incident continuellement. Les petits garcons reçoivent des établis et des véhicules pour foncer, les petites filles une minicuisine et un cahier de coloriage. Si chez des frères et des sœurs, les petites filles semblent être bien plus créatives, ce n‘est dans la plupart des cas que le résultat d‘une éducation différente.

Contacts presse
Isabel-Weishar (JPG)

Mme Isabel Weishar

Tél: +49 (0) 911-9763-263
Fax: +49 (0) 911-9763-162

e-mail: i.weishar@simba-dickie.com